Effectuer une recherche sur le site.

MOBI’PLUM : Stations de mobilité en milieu rural

Uune solution de mobilité en milieu rural sous forme de stations de mobilité alliées à une application web et smartphone pour la gestion / réservation

Quelle est l’innovation portée par le projet ?

Création d’un réseau de véritables stations de mobilité en milieu rural (24 000 habitants sur 36 communes) comme solution au besoin de mobilité des habitants ne pouvant bénéficier d’un transport en commun et dépendant de la voiture individuelle.

Année de mise en oeuvre
2020

Comment le projet fonctionne ?

Le Pays de Lumbres est un territoire rural au croisement de grands bassins d’emplois et bien desservi par les grands axes routiers. Cette situation, alliée à une très faible desserte en transport en commun, témoigne de la forte dépendance des habitants à la voiture individuelle. Or cette dépendance n’est pas sans poser des problèmes, tant d’un point de vue environnemental que social (précarité énergétique liée au renchérissement des prix de l’énergie, difficultés pour trouver des solutions de déplacements pour certains publics)

La CCPL souhaite amplifier les actions en faveur d’une autre mobilité :

  • plus sobre en énergie,
  • plus solidaire, en s’intéressant en particulier aux besoins de publics spécifiques (ménages en difficulté, non-motorisés, jeunes, personnes âgées) et en s’appuyant sur les pratiques de partage,
  • et plus efficace, par l’amélioration de la qualité des aménagements (modes doux, espaces d’attente pour les transports en commun ou le covoiturage) et par le développement de réelles alternatives à la voiture individuelle. Offrir une mobilité plus sobre, plus solidaire et plus efficace en milieu rural.

Après avoir développé des aires de covoiturage, déployé des infrastructures de recharges pour véhicules électriques, le Pays de Lumbres expérimente actuellement avec la société CLEM l’autopartage de voiture électrique disposant de 7 places sur deux communes rurales. L’objectif du nouveau projet est d’évaluer l’expérimentation en place, la confronter aux attentes des habitants, puis élargir le projet à l’échelle intercommunale sur 7 véritables stations de mobilité alliant autopartage VE, vélopartage VAE, réseau de chauffeurs solidaires et outils numériques comme alternative à la voiture individuelle.

Quels sont les usagers concernés par le projet ?

Le projet s’adresse à quatre publics :

  • Les habitants qui ne sont pas ou peu motorisés
  • Les agents communaux, qui devaient utiliser jusqu’à présent leur véhicule personnel
  • Les associations, qui devaient mobiliser plusieurs véhicules pour se déplacer en groupe
  • Les habitants ayant un besoin de vélo  VAE ponctuel ou souhaitant tester un usage quotidien des Vélos VAE en perspective de changement de comportement de mobilité

Il permet :

  • De mutualiser un véhicule ou un, vélo entre ces différents besoins et usages,
  • De remplacer un déplacement en véhicule thermique par un véhicule électrique ou un vélo VAE

Quels sont les clefs de réussites et les leviers facilitateurs du projet ?

Le projet vise à terme à accompagner et servir de support à la conduite du changement de mobilité en milieu rural vers une mobilité décarbonnée avec des habitants moins dépendant de leur véhicule individuel. Cela nécessite un accompagnement de tous les instants sous forme d’animation du dispositif, de co-construction du modèle d’usage au sein d’un comité des usagers…

Les facteurs de réussite sont une appropriation du service par l’ensemble des usagers. Pour cela, il est nécessaire de prévoir :

  • De l’animation, un personnel entièrement dédié au projet et garant de sa mise en œuvre et de sa réussite est indispensable, en agissant avec et au plus près des habitants ;
  • De la formation : à la fois des agents d’accueil de la commune, pour répondre aux difficultés rencontrées par les usagers et accompagner la première prise en main du service, et des usagers confrontés à des véhicules ou des deux roues éloignés de leurs habitudes (motorisation électrique, grand véhicule, boite automatique, VAE, besoin en charge, etc.) ;
  • De la communication : pour promouvoir le service et expliquer son fonctionnement.

Le projet étant encore au stade de projet, trois freins potentiels peuvent être identifiés :

  • La volonté des habitants à conduire leur changement de mobilité en milieu rural
  • Le sujet de l’optimisation de la tarification des services, avec un curseur à positionner de telle sorte à ce que la tarification soit incitative au lancement des services pour les faire connaître et susciter le changement, puis acceptable pour les usagers et supportable pour la collectivité pour assurer un fonctionnement durable du dispositif
  • Le sujet des choix des véhicules, des VAE, peut influer sur leur usage en écho aux besoins des habitants

Pour dépasser ces freins, la mise en place du comité des usagers est un maillon indispensable pour faire le bilan des services, des usages, directement avec les habitants et pour co-définir la stratégie à adopter, la question tarifaire, les besoins de faire évoluer le matériel, les services etc…

La question de l’animation du réseau des usagers et du réseau des points d’accueil du public dans les mairies est également un levier très important.

50.7067, 2.11043

MOBI’PLUM : Stations de mobilité en milieu rural

Communauté de Communes du Pays de Lumbres

pour en savoir plus