Covid19 - Toutes les informations et les modalités de fonctionnements des mobilités prises pour pallier la crise sont disponibles sur le site du gouvernement

Mobilité en ruralité « M&R »

Des mobilités durables pour préserver les atouts de la ruralité

Quelle est l’innovation portée par le projet ?

Une expérimentation du covoiturage en milieu rural, en complémentarité avec les autres modes de déplacement.  Une incitation au changement de comportement dans l’usage des modes de déplacements, dans une logique solidaire et en développant de nouveaux services économiques.

Année de mise en oeuvre
2019

Comment le projet fonctionne ?

Notre territoire est très touristique, mais rural, et enclavé. Sa visite dépend de la voiture individuelle et le relief allonge les trajets quotidiens. Les alternatives (transports publics) sont limitées et trop couteuses pour la collectivité.

Le territoire étant largement soumis au « tout voiture », l’enjeu réside dans le développement d’une offre diversifiée, alternative, en adéquation avec les besoins, qui permette aux publics les moins mobiles de se déplacer, de gérer et réduire les flux touristiques fondés sur la voiture individuelle et de favoriser l’accès au territoire.

La collectivité souhaite répondre aux besoins de mobilité (trajets quotidiens, derniers km, etc.) en expérimentant une plateforme de covoiturage, grâce à des innovations « clé en main » de prestataires innovants (évaluation du potentiel, ajustement du projet aux services à tester, type transport de bagage, personnes isolées, etc.).À cette fin un ambassadeur de la mobilité œuvrera à l’animation locale de l’expérimentation et à la communication locale sur l’ensemble de l’offre de mobilité existante, en se rapprochant des autorités compétentes (région, EPCI limitrophes, etc.).

Enfin, cette expérimentation permettra d’analyser les usages résidentiels et touristiques.

L’EPCI contracterait avec un ou des prestataires dont le métier est de mettre en relation des conducteurs individuels et des passagers.

Il s’agit de montrer, dans une démarche à caractère expérimental, dans quelle mesure la mise en relation des particuliers contribue à répondre aux enjeux locaux de la mobilité (résidentielle et touristique), en complémentarité avec l’ensemble des modalités et des offres actuelles.

L’insertion des solutions de partage et leur complémentarité seront aussi mesurées pour répondre aux enjeux des déplacements sur un territoire très rural.

A minima l’expérimentation vise le territoire de la Communauté de communes, mais il est envisagé de se lier avec les EPCI limitrophes, à la fois pour répondre aux besoins des bassins de vie, mais aussi pour penser la mobilité touristique à l’échelle de la destination Verdon (interdépartementale et inter-EPCI).

Quels sont les usagers concernés par le projet ?

Tous les publics, habitants, résidents et excursionnistes :

  • Les jeunes pour qu’ils puissent se rendre sur un lieu de travail ou simplement à un entretien d’embauche inaccessibles par leurs propres moyens.
  • Les personnes en perte d’autonomie, pour accéder aux services de santé, aux commerces, etc.
  • Les touristes résidents le temps de leur séjour et les excursionnistes pour accéder aux sites très fréquentés.
  • Les actifs au quotidien pour limiter l’émission de gaz à effet de serre et réduire la facture énergétique.

Quels sont les clefs de réussites et les leviers facilitateurs du projet ?

Les enjeux de la mobilité ont été spontanément et systématiquement exprimés dès l’amorce de l’élaboration de notre SCoT, ce qui a conduit à répondre à cet AMI.

Les élus, les acteurs locaux, et les autres personnes intéressées doivent être associés dans les cadres d’élaboration des projets du territoire (SCoT, plan de mobilité rurale) car la juste prise en compte des enjeux de la mobilité suppose l’implication de tous.

Une modalité comme le covoiturage doit être introduite dans le tissu local. La « com » des prestataires pourrait ne pas suffire. L’EPCI met en place un ambassadeur des mobilités pour assurer une réelle animation territoriale auprès du tissu associatif, des professionnels (ex : santé) et de tous les relais possibles, de sorte que l’expérimentation ne souffre pas d’un déficit d’ancrage territorial.

Les facteurs de réussite sont identifiés via les indicateurs à définir : ex. nombre de contacts spontanés auprès de l’ambassadeur à l’issue des actions de communication.

Les points de vigilance sont à avoir sur la peur de s’engager avec des inconnus, le manque d’animation, de sensibilisation et de dialogue, le poids des habitudes, le manque de mobilisation des acteurs locaux. Pour cela, il conviendra d'avoir :

  • Établi des liens directs et réguliers avec les acteurs locaux ;
  • Une écoute active des acteurs ;
  • Une implication des acteurs dans la gouvernance ;
  • Une adéquation entre les modalités de l’expérimentation et la réalité des besoins des personnes.

43.627064459203, 6.224343649535

Mobilité en ruralité « M&R »

Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon

pour en savoir plus