Covid19 - Toutes les informations et les modalités de fonctionnements des mobilités prises pour pallier la crise sont disponibles sur le site du gouvernement

Covoiturage local et outils de l’offre de mobilité régionale

Des interactions entre la carte de transport de la Région Auvergne Rhône-Alpes et la plateforme régionale de covoiturage

Quelle est l’innovation portée par le projet ?

Il s’agira de la première intégration effective et physique d’un passe transport dans un dispositif de covoiturage, pour une expérience utilisateur très similaire à celle d’un TC et la plus fluide possible.

Année de mise en oeuvre
2019

Comment le projet fonctionne ?

La COR expérimente depuis octobre 2017 une solution de covoiturage dynamique (COVOIT’ICI Ouest Rhodanien) composée de 7 bornes connectées à des panneaux lumineux matérialisant un réseau local de 3 lignes de covoiturage pour desservir 6 communes. Le dispositif permet de mettre en relation une personne exprimant sa demande de mobilité avec un véhicule en circulation sans aucune organisation préalable (voir le guide d’utilisation du service en document complémentaire).

Le service déployé doit répondre aux besoins en déplacement d’un centre-bourg à un autre lorsque les horaires de service de l’offre interurbaine ne le permettent pas. Pour atteindre une qualité de service proche d’un réseau de transport en commun et favoriser le passage à l’acte des passagers, la solution doit s’intégrer totalement dans l’offre de transport en proposant des articulations convaincantes avec celle-ci.

 

Pour convaincre les administrés d’utiliser usuellement le dispositif de covoiturage au même titre qu’un mode de transport repéré et intégré il nous parait indispensable de proposer des outils similaires aux modes de transport collectif (titre, tarification, information usager, intermodalité, accessibilité…).

  • Actuellement le service imprime un ticket qui matérialise l’échange d’argent entre le passager et le conducteur en plus d’institutionnaliser la pratique, et pour informer l’usager d’un temps d’attente estimatif la borne utilise les données de flux de circulation à l’horaire demandé. Nous travaillons avec le SYTRAL pour développer une communication conjointe sur les lignes de transport interurbaines concernées par le projet.
  • Nous voulons développer l’intermodalité du service en organisant l’ouverture du dispositif de covoiturage au Passe OURA (intégration du passe transport) et au service régional de covoiturage MOV’ICI (interopérabilité et communication des deux services). L’intégration du Passe permettra par exemple de connecter un utilisateur à son compte COVOIT’ICI à la simple lecture de la carte OURA sur la borne. Depuis octobre 2017, la COR a déployé un réseau de stations de covoiturage connectées pour renforcer l’offre de mobilité sur un axe structurant Nord-Sud de son territoire. La société ecov est l’opérateur du dispositif composé des stations de covoiturage connectées, du site internet, de l’application du service et d’une assistance.

Il s’agira de mieux articuler le service avec l’offre présente sur le territoire (autocars, TER, plateforme de covoiturage) en développant des interactions avec les outils de mobilité disponibles sur le territoire : pass Oura et plateforme Mov’ici.

Le projet est en phase d’expérimentation sur la frange la plus urbanisé à l’ouest du territoire implanté dans 6 communes : Cours (4 600 hab.), Thizy-les-Bourgs (6 369 hab.), Amplepuis (5 000 hab.) Cublize (1 236 hab.), Tarare (10 733 hab.) et Pontcharra-sur-Turdine (2 592 hab.).

Quels sont les usagers concernés par le projet ?

L’intégration du dispositif de covoiturage au passe de transport et à la plateforme régionale a pour but de renforcer la qualité du service, son accessibilité et donc sa crédibilité face aux autres modes.

Cette situation permettra d’accélérer le processus d’appropriation pour favoriser :

  • le nombre d’usagers et par effet rebond le nombre de conducteurs concernés réduisant le phénomène d’autosolisme. Cette hausse de fréquentation aura un effet neutre sur l’empreinte environnementale car la solution  utilise des véhicules déjà en circulation.
  • Le report modal des passagers de la voiture personnelle vers la solution de covoiturage évitant ainsi le déplacement de l’accompagnant.
  • Son utilisation par les actifs et les personnes en recherche d’emplois confrontés à de réelles difficultés d’accessibilité aux structures d’insertions et aux bassins d’emploi.
  • La coopération entre les acteurs de la mobilité du territoire.

Quels sont les clefs de réussites et les leviers facilitateurs du projet ?

Le dispositif est implanté sur des polarités territoire engagée dans des démarches pour développer leur centre-bourg/ville et contribue à cette volonté. Pour atteindre leurs objectifs, les communes de Thizy-les-Bourgs et de Cours ont démarré leur opération de revitalisation du centre-bourg, la commune  d’Amplepuis est engagée dans un contrat plan Etat-Région, Tarare également en plus du programme cœur de ville

Il répond également aux orientations du SCOT d’organiser et densifier l’urbanisme autours des centres d’échanges multimodaux, d’y privilégier l’implantation d’équipements structurants en lien avec la desserte en transports collectifs et doux, d’organiser la desserte des gares et limiter les déplacements en autosolisme.

Le dispositif a été financé en partie par des fonds issus de l’ambition territoire à énergie positive pour la croissance verte en tant qu’action pour atteindre les objectifs de la démarche.

Les synergies entre les plateformes et les supports devront être techniquement réalisables. La réussite du projet reposera sur la qualité des échanges entre les développeurs (ecov, Covivo et le Région).

Le changement possible de prestataire de la plateforme mov’ici au renouvellement du marché prévu par la région cet été.

Des clés de données différentes qui pourraient limiter l’interopérabilité entre les deux services.

La communication de nos solutions de nouvelle mobilité est un levier indispensable pour accrocher les publics visés dans un premier temps et pour changer les comportements de déplacement dans un second temps. Pour cela, nous travaillons avec de nombreux acteurs relais mobilisés pour leur implication, leur impact sur le territoire et le public qu’ils touchent. C’est le cas notamment des structures d’insertion avec lesquelles nous prodiguons des formations mobilité à destination des publics en besoin. Nous sollicitons également les centres sociaux, les MJC, tiers lieux, et autre acteurs dynamiques du tissu social. Nous essayons de les former pour qu’ils puissent directement prescrire une solution de mobilité à un besoin identifié.

Les élus de chaque commune d’implantation ont fait partie du COPIL du projet et s’impliquent pour informer du dispositif à leur population.

Le dispositif est en phase expérimentale et nous intégrons les usagers dans son processus d’optimisation. Pour cela, nous allons organiser des « apéros bonne humeur » avec les usagers pour qu’ils puissent nous faire leurs retours d’expériences et échanger sur les améliorations à apporter et les écueils à éviter.

45.89297212534, 4.4362237177971

Covoiturage local et outils de l’offre de mobilité régionale

Communauté d’agglomération de l’Ouest Rhodanien

pour en savoir plus