Covid19 - Toutes les informations et les modalités de fonctionnements des mobilités prises pour pallier la crise sont disponibles sur le site du gouvernement

CARRUCA !

Mise en place de plusieurs solutions et d'un outil de centralisation de l'information pour diminuer l'autosolisme et proposer des alternatives aux publics confrontés au déficit de mobilité

Quelle est l’innovation portée par le projet ?

Le projet revêt un caractère innovant à travers la mise en place de 3 solutions de mobilité nouvelles sur le territoire, à destination de tous publics, de façon coordonnée et bénéficiant d’une communication commune.

Année de mise en oeuvre
2020

Comment le projet fonctionne ?

Du fait de la structuration périurbaine du territoire, du relief montagneux et de l’éloignement d’une partie de la population de l’axe routier principal, les besoins de mobilité sont nombreux et concernent à la fois :

  • les déplacements pendulaires domicile-travail des salariés à l’intérieur et à l’extérieur du territoire.
  • les publics fragiles (personnes âgées, précaires).
  • les publics en insertion professionnelle.
  • les jeunes (hors déplacements scolaires) : loisirs, stages, apprentissage.

La Jeune Loire, en proximité immédiate de l’agglomération stéphanoise, est un territoire périurbain/rural où les déplacements se font majoritairement en voiture individuelle. L’enjeu majeur est donc de fournir des moyens de mobilité efficaces pour les publics les plus fragiles (personnes âgées, personnes en réinsertion, …) tout en proposant des modes de mobilité durable pour tous permettant d’amorcer un changement dans les habitudes de mobilité.

Le projet permet d’offrir une solution de mobilité potentielle à un grand nombre d’habitants du PETR en associant largement la société civile. De plus, le cout porté par la collectivité est très raisonnable compte tenu de l’utilité et de l’usage potentiel des services par rapport à des solutions de mobilité plus traditionnelles (bus notamment).

Trois types d’expérimentations, complémentaires au niveau de leurs cibles, vont être mises en place de façon coordonnée :

  • Un système de Transport à la Demande zonal sur les territoires les plus excentrés du territoire. Les cibles prioritaires pour le TAD sont les personnes âgées et les personnes en situation de précarité.
  • Un dispositif de covoiturage spontané pour répondre aux besoins des jeunes entre 15 et 25 ans, et aux publics en insertion/apprenti/formation.
  • Une animation autour des zones d’activités structurantes du territoire afin de construire avec les salariés et les chefs d’entreprises une offre de covoiturage pour répondre aux besoins spécifiques des travailleurs postés.

Le travail synchronisé sur ces trois cibles à vocation à créer des synergies entre les différentes expérimentations et de s’intégrer aux modes actuels de déplacements :

  • TAD zonal : à déterminer avec les territoires concernés en fonction des besoins et capacités de chacun,
  • Covoiturage spontané : création de points de prise et de dépose matérialisés par du mobilier urbain charté maillant le territoire. Un système d’inscription préalable permettra d’identifier conducteurs et passagers et de sécuriser la pratique pour tous,
  • Expérimentation du covoiturage en ZA : élaboration d’un dispositif de desserte des ZA à destination des salariés postés, coconstruite avec les entreprises et les salariés.

Les outils de mise en œuvre (application mobile et site internet) seront communs aux 3 outils et devront permettre de délivrer une information globale pour l’usager tant des dispositifs expérimentés que de l’ensemble des modes de déplacements possibles sur le territoire.

Quels sont les usagers concernés par le projet ?

Le public cible du projet CARRUCA ! est volontairement très large. La solution de covoiturage spontané s’adresse plutôt à la cible des jeunes et des personnes non motorisés qui doivent se déplacer de façon régulière ou non. Le Transport à la Demande s’adresse généralement à un public de personnes âgées et/ou handicapées ayant des besoins de déplacements ponctuels.

Le covoiturage en zones d’activités s’adresse aux travailleurs des zones d’activités, postés ou non, ayant des besoins de déplacements fixes.

Quels sont les clefs de réussites et les leviers facilitateurs du projet ?

Suite au travail d’une Délégation Mobilité (mandat 2008-2014) sur les études covoiturages et TAD, la thématique de la mobilité a été de nouveau inscrite dans la feuille de route 2014-2020. Un groupe de travail spécifique est constitué pour avancer sur cette thématique (TC, mobilités alternatives), il regroupe l’ensemble des communautés de communes et est suivi par les élus du Conseil Syndical du PETR. La stratégie en matière de déplacement est donc définie à l’échelle du PETR par l’ensemble des élus du territoire. Le territoire est accompagné dans ce travail par la Région, le Département et l’Etat afin de s’assurer qu’il entre en conformité des actions de ces partenaires. De plus, certaines communes ont mené des expérimentations et imaginées des solutions adaptées à leurs besoins.

L’évaluation du projet aura lieu régulièrement au cours de chaque expérimentations (phases de 6 mois) et à l’issue de la phase d’expérimentation. Elle sera basée sur la lecture d’indicateurs identifiés correspondant à chaque catégorie d’expérimentation (fréquentation, communication, notoriété…). Une vigilance particulière sera apportée à la notoriété des dispositifs et la bonne compréhension de l’offre par les cibles de celle-ci. L’animation et la communication autour des dispositifs seront déployées de façon à garantir cette notoriété.

Les facteurs de réussite sont liés à la fréquentation et à son évolution dans un premier temps, à moyen terme à l’appropriation par la société civile, les associations, les communes de ces dispositifs pour en garantir la pérennisation.

Toutefois, un manque de communication ou une communication mal comprise freinerait le déploiement et la pérennisation des dispositifs du projet car il serait dès lors difficile de disposer d’une base minimum d’adhérents nécessaires à la vie des dispositifs. L’animation est le support qui prend en charge la communication et qui fait vivre les dispositifs. L’expérience d’autres territoires, notamment en matière de covoiturage spontané, démontre que le manque d’animation est souvent fatal aux projets.

Enfin, il est nécessaire d'avoir une vigilance particulière sur la façon dont le territoire va appréhender les offres de covoiturage que nous souhaitons voir se développer. En milieu rural, la voiture individuelle est importante, il est très complexe de faire renoncer les conducteurs à utiliser leur voiture. Le covoiturage induit un changement de mentalités très important tant pour les conducteurs que pour les passagers (impression de renoncer à sa liberté, question de la sécurité, impression d’être assisté...).

La démarche auprès de la société civile (associations et clubs) qui dans le temps présente le plus de complexité. En effet, inscrire la participation de ce type d’acteurs dans la durée est une gageure, la motivation des dirigeants pouvant varier largement. Il s’agit donc de convaincre et de nouer des partenariats avec les associations garantissant la plus grande stabilité dans le temps.

45.142459198529, 4.1237890106783

CARRUCA !

PETR du Pays de la Jeune Loire

pour en savoir plus