Effectuer une recherche sur le site.

PLE/ DGE

La mise en place d'un dispositif d'autostop organisé.

Quelle est l’innovation portée par le projet ?

Les inscriptions et informations à propos de l’autostop organisé sont disponibles sur internet mais les établissements qui proposent le service « Troc Trajet » délivrent des informations et conseil de façon directe.

Année de mise en oeuvre
2019

Comment le projet fonctionne ?

« Pledge » est un mot anglais qui peut se traduire par « engagement » ou « promesse ». C’est également un terme utilisé pour désigner la participation d’une personne à un projet financé par crowdfunding (financement participatif).

Le projet PLE/DGE fait référence à la fois à la promesse individuelle de se déplacer de façon plus durable et à la nécessité de s’engager collectivement : c’est avec le concours de chacun que l’on obtiendra les résultats les plus palpables.

Le projet PLEDGE/PACTISE cherche à augmenter le taux de remplissage des véhicules en misant à la fois sur le covoiturage de courte distance et sur l’autostop organisé. Ces deux outils répondent à des besoins différents :

  • Pour le covoiturage, ce sont des trajets planifiés, réguliers, adaptés à un public adulte (actifs, retraités).
  • L’autostop pour des trajets spontanés, qui ne nécessitent pas d’organisation préalable, adapté à un public jeune.

Le projet s’appuie sur l’engagement personnel des habitants à offrir des solutions de mobilité faciles d’accès à des personnes non-motorisées ou sans permis.

Le projet PLE/DGE s’articule autour de 3 dispositifs complémentaires :

  1. Autostop organisé avec la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) « Rezo Pouce ».
  2. Covoiturage, avec l’aménagement de points de rencontre dans chacune des 16 communes.
  3.  « Troc Trajet », un dispositif de promotion de ces nouveaux services par des établissements accueillant du public (bar, commerce).

Les solutions envisagées offrent de la flexibilité et se complètent en répondant à des attentes différentes en fonction des publics. Un plan de communication en continu permettra d’ancrer ces nouvelles pratiques dans le temps.

L’autostop est une pratique existante sur le territoire, surtout chez un public jeune. Elle suscite néanmoins de l’inquiétude chez les parents. L’encadrement de l’autostop par la collectivité permettra de désamorcer les appréhensions et de convertir d’autres publics à cette pratique par la sécurité apportée.

Le « Troc Trajet » propose à chacun de s’interroger sur ses propres pratiques de mobilité. En mettant à disposition des arguments en faveur des mobilités durables, on cherche à démontrer qu’il suffit de peu d’efforts pour avoir un impact significatif lorsqu’un maximum de monde joue le jeu. Le fait de s’appuyer sur un lieu physique et convivial vise à impulser une pratique du covoiturage (2) en proposant la rencontre avant de covoiturer et ainsi rassurer quant au fait de le faire régulièrement.

Le projet PLE/DGE concerne l’ensemble du territoire intercommunal. Chaque commune disposera de 2 à 4 arrêts d’autostop organisé (1) et d’un point de covoiturage (2). La recherche d’un établissement pour accueillir le service « Troc Trajet » se fera en lien avec les mairies (3).

Quels sont les usagers concernés par le projet ?

Le projet cible tous types de public, des plus jeunes déjà adeptes de l’autostop (qui pourront en convertir d’autres) aux plus âgés (qui sont en demande d’accompagnement pour se déplacer) en passant par les actifs dont les trajets quotidiens représentent une ressource à optimiser.

Quels sont les clefs de réussites et les leviers facilitateurs du projet ?

La Communauté de Communes a commencé à s’interroger sur les problématiques de mobilité en 2010. Depuis l’adoption du Schéma de Mobilité Rurale en 2016, elle s’est dotée d’une Commission Transition Énergétique regroupant la Mobilité et la Communication pour mettre en œuvre le document.

Elle participe au dialogue avec les territoires voisins, notamment au travers de sa participation aux rendez-vous d’importance : Assises Régionale des Transport (printemps 2017), Assises Nationales de la Mobilité (automne 2017), réunion de concertation du Schéma Départemental Vélo en Vaucluse (fin 2017)

En 2018, des démarches ont été entamées par 3 communes pour réaliser des aires de covoiturage sur leur territoire.

Le facteur de réussite déterminant sera la bonne coordination entre les équipements ou services déployés sur le territoire et la communication qui en sera faite. Celle-ci devra se faire dans la durée pour avoir un impact optimal et ne pas subir d’essoufflement. Pour cela, le nombre d’inscription à Rezo Pouce et le nombre de trajets de covoiturage organisés via « Troc Trajet » seront des indicateurs précieux de la réussite du projet PLE/DGE.

Le territoire présente un caractère rural, avec un habitat dispersé et faible densité de population. Il en résulte une difficulté d’optimisation des réseaux de transports réguliers qui impose de trouver des complémentarités avec d’autres modes de déplacements alternatifs. Actuellement le territoire subi une conséquence directe de l’étalement urbain : un recours systématique à la voiture individuelle ou « réflexe voiture ».

La principale difficulté réside dans l’aspect pédagogique. Il est primordial d’aborder les nouveaux aménagements et services comme étant faciles d’accès pour tous. Même si certains seront mieux appropriés par certaines catégories de population, leur usage peut s’avérer utile à tous, sans être forcément systématique. En effet, même en n’ayant recours au covoiturage que quelques fois par mois ou par an, les effets bénéfiques peuvent être considérables si cela concerne une large majorité de la population.

43.72170292343, 5.5409701072843

PLE/ DGE

Communauté Territoriale Sud Luberon

pour en savoir plus