Covid19 - Toutes les informations et les modalités de fonctionnements des mobilités prises pour pallier la crise sont disponibles sur le site du gouvernement

Enquête Marchandises en Ville réalisée à Bordeaux en 2012 – 2013

Qualifier les flux sur la région bordelaise, et alimenter les modèles du logiciel Freturb du LAET.

Quelle est l’innovation portée par le projet ?

La Communauté Urbaine de Bordeaux est la première agglomération française à avoir mis en œuvre une enquête TMV. En effet, dès 1994, dans le cadre du Programme National Marchandises en Ville piloté par la DRI, la DGITM et l’ADEME, une vague d’enquêtes visant à connaitre les caractéristiques de l’approvisionnement urbain a été engagée dans trois agglomérations de tailles et configurations différentes : Bordeaux, puis Marseille et Dijon. Réaliser à 20 ans d’intervalle une nouvelle enquête à Bordeaux a permis d’actualiser l'état des connaissances sur les mouvements de marchandises sur ce territoire et d’opérer des comparaisons dans le temps afin de valider la robustesse temporelle des ratios observés en 1994 sur ce même espace ou, le cas échéant, de les actualiser.
L’analyse de l’approvisionnement urbain des établissements de l’agglomération bordelaise a été menée entre 2012 et 2013 par le Laboratoire d’Aménagement et d’Économie des Transports (LAET). Cette enquête s’est focalisée sur l’ensemble des flux entrants, sortants et circulants entre établissements commerciaux, industriels et tertiaires du secteur privé (soit 40 % des flux totaux de transport de marchandises en ville).
L’enquête a ainsi révélé que 380 000 mouvements de marchandises étaient générés dans l’agglomération par semaine, dont ¼ par le petit commerce. 250 000 tonnes de marchandises et biens sont livrées (ou enlevées) par semaine.
Le périmètre retenu était composé de 50 communes, dont les communes déjà sondées lors de la première enquête de 2014, ainsi que de 4 communes supplémentaires abritant une forte activité logistique ou présentant un intérêt particulier (La Brède, Langon, Saint-André de Cubzac, Saint-Médard d’Eyrans). Il est important de noter que le périmètre défini ne doit pas forcément suivre les limites administratives de l’EPCI mais bien englober tout le territoire impacté par la logistique. 
Au total, cet espace couvre 98 455 ha et regroupe une population de 824 403 habitants (INSEE, RGP 2009). La méthodologie d'enquête a été développée par le Laboratoire d'Économie des Transports et est exposée en détail dans l’ouvrage : L’Enquête Transport de Marchandises en Ville – Guide méthodologique [LETCEREMA, 2015]. D'un point de vue général, elle reprend la méthodologie des premières enquêtes de 1994, également développée par le LET et exposée dans Ambrosini et al. (1997). L'unité d'observation retenue est le « mouvement », défini comme la desserte d’un établissement donné par un véhicule donné (qu’il soit motorisé ou mécanisé, triporteur par exemple), pour effectuer une livraison ou un enlèvement (ou les deux à la fois).
Des enquêtes ont ainsi été menées auprès de deux types de publics : des établissements économiques générant des flux, et des chauffeurs-livreurs.
Les données ont été actualisées en 2018 avec la mise à jour des établissements dans Freturb (avec ratios définis en 2013).
 

Année de mise en oeuvre
2013

Comment le projet fonctionne ?

/

Quels sont les usagers concernés par le projet ?

/

Quels sont les clefs de réussites et les leviers facilitateurs du projet ?

/

Caractéristiques

44.8050022, -0.6317096

Enquête Marchandises en Ville réalisée à Bordeaux en 2012 – 2013

Bordeaux Métropole

En savoir plus