Covid19 - Toutes les informations et les modalités de fonctionnements des mobilités prises pour pallier la crise sont disponibles sur le site du gouvernement

Effectuer une recherche sur le site.

Les Pôles Nouveaux Usages (PNU)

Déployer un bouquet de solutions de déplacements innovantes et durables à destination des habitants du territoire et des visiteurs, en favorisant la revitalisation des bourgs centres

Quelle est l’innovation portée par le projet ?

Technologique (support numérique regroupant les solutions de mobilité), organisationnelle (optimisation de l’existant et coopérations entre AOM et collectivités non AOM) et gouvernance (approche multi-acteurs et mise en commun des compétences)

Année de mise en oeuvre
2019

Comment le projet fonctionne ?

Les enjeux de la mobilité pour le territoire de la CCGPSL émanent du croisement entre l’offre et la demande en déplacements, en gardant en trame de fond le contexte territorial suivant :

Des points forts :

  • Une stratégie d’aménagement urbain concordante entre Plan Global de Déplacement (PGD) et SCOT,
  • Un cadre de vie de qualité,
  • Un territoire attractif.

Des contraintes et des points de vigilance :

  • Les bassins de vie structurent la mobilité quotidienne des habitants, avec une perte de dynamisme dans certaines communes,
  • Le relief constitue un frein aux déplacements,
  • L’étalement urbain, les faibles densités de population et une offre en transport en commun limitée ont pour conséquence la nécessité du recours à la voiture individuelle.

« Les Pôles Nouveaux Usages » (PNU) ont pour vocation de déployer un bouquet de solutions de déplacements innovantes et durables à destination des habitants du territoire et des visiteurs. L’ambition de la CCGPSL est de revitaliser les centres-bourgs et de renforcer les partenariats avec les AOM, les territoires voisins et « l’écosystème local » (acteurs économiques et associatifs) afin de de créer de nouvelles synergies et d’accompagner les changements de pratiques en matière de mobilité, bénéfiques en termes d’économies, de gouvernance territoriale et d’environnement.

Les PNU participent également à la réduction de la fracture numérique dans des territoires peu denses, en proposant à tous les usagers le recours à des objets connectés, facilement accessibles et intuitifs.

Le projet repose sur le développement de « Pôles Nouveaux Usages » (PNU) sur le territoire, que la CCGPSL souhaite rendre attractifs, connectés et structurants, situés au cœur des communes. Ces espaces permettront d’accéder à des services et à des offres de mobilité, en regroupant covoiturage, TAD, ligne régulière de transport en commun, Vélos à Assistance Electrique (VAE), etc. Trois volets seraient donc traités :

  1. Mise en œuvre d’un maillage des PNU sur le territoire, identifiés comme de nouvelles centralités, permettant d’accéder aux centres-bourgs et aux services et commerces de proximité, avec des « signaux architecturaux » caractéristiques.
  2. Développement d’outils numériques adéquats pour apporter une « intelligence artificielle » à ces PNU et les rendre attractifs (outils d’information en temps réel avec des systèmes d’aide à l’exploitation information voyageurs – SAEIV, applications pour un covoiturage dynamique et incitatif via les smartphones, travail collaboratif avec Hérault Transport et la Région afin d’expérimenter le recours à du TAD pour compléter le dispositif, etc.).
  3. Déploiement mutualisé de points « VAE ».

Quels sont les usagers concernés par le projet ?

Tous les habitants du territoire et les visiteurs (professionnels et de loisirs).

Quels sont les clefs de réussites et les leviers facilitateurs du projet ?

Les élus de la CCGPSL et des 36 communes sont pleinement mobilisés dans la démarche. Le PGD, a été validé par le Conseil communautaire le 24 novembre 2015, approuvant le plan d’actions défini. Le projet PNU fait partie intégrante du PGD. De plus, les élus et techniciens de la CCGPSL constituent des partenaires actifs du Conseil Départemental de l’Hérault dans le cadre de plusieurs projets en lien avec la mobilité durable (dispositif Rézo Pouce, schéma de développement des aires de covoiturage, Pack Hérault Mobilité Inclusive, etc.). En parallèle la CCGPSL a développé plusieurs actions de coopération avec 3M et les EPCI limitrophes dans les domaines de la mobilité et du développement local. Enfin, la CCGPSL compte renforcer les partenariats avec les acteurs économiques, associatifs et de l’enseignement supérieur, afin de développer et d’expérimenter de nouveaux outils (notamment numériques) et d’accompagner le développement de nouvelles pratiques de mobilité.

La réussite du projet dépendra de l’implication des différents partenaires et de l’appropriation par les habitants des services de mobilité proposés. Une démarche d’ajustements et d’amélioration en continu sera instaurée.

Dans le cadre d’une étude de suivi et d’une évaluation du projet, différents indicateurs seront analysés : nombre de connexions à l’application, nombre de flashcodes téléchargés, temps moyen d’attente, nombre de VAE loués, etc. Des outils spécifiques comme Visio flux utilisé par l’Office de tourisme seront aussi utilisés ; celui-ci permettra de préciser les typologies de bénéficiaires des actions (à partir des smartphones, possibilité d’identifier l’origine des utilisateurs). Enfin, des comptages ponctuels ainsi que des enquêtes sommaires de trafics et qualitatives sur la perception des usagers, pourront être réalisés avec l’appui de personnes en service civique.

La CCGPSL n’est pas compétente en matière d’organisation de la mobilité et les défis à relever sont nombreux sur le territoire : une pratique de l’autosolisme, des embouteillages importants aux heures de pointe sur les axes reliant Montpellier, un cadencement insuffisant des transports en commun, l’absence de pôles d’échanges multimodaux, etc. La conduite de l’expérimentation sera donc être organisée de manière progressive et concertée afin de traiter les facteurs bloquants de différentes natures : technique, technologie, changements de comportement (barrières psycho-sociales), gouvernances organisationnelle et institutionnelle, économie, juridique, etc.

La CCGPSL souhaite collaborer avec les AOM existantes ; elle pourrait être à terme une entité légitime et avoir un rôle d’animateur, de régulateur et de contrôle vis-à-vis des autres AOM. Elle a engagé des réflexions sur les impacts de la prise de compétence « mobilités ». L’organisation et l’expérimentation d’actions en matière de TAD, de mobilités actives, de covoiturage, d’autopartage, etc., s’inscrivent donc dans une approche globale.

43.774067709603, 3.8686678463821

Les Pôles Nouveaux Usages (PNU)

Communauté de communes du Grand Pic Saint Loup

pour en savoir plus