Covid19 - Toutes les informations et les modalités de fonctionnements des mobilités prises pour pallier la crise sont disponibles sur le site du gouvernement

CDU de Bayonne

Ce projet permet de mutualiser les flux sur Bayonne et ses alentours et d’organiser des livraisons « décarbonées » pour le dernier kilomètre.

Quelle est l’innovation portée par le projet ?

Ce CDU est géré par une SCOP et est aujourd’hui rentable sans aides des pouvoirs publiques.

Année de mise en oeuvre
2014

Comment le projet fonctionne ?

Bayonne offre un hypercentre avec un vaste plateau piétonnier pour une importante offre commerçante mais aussi des voies héritées d’un passé ancien peu adaptées à la livraison par gros porteurs. La livraison sur le « dernier km » est un sujet crucial. Avec le Plan climat et la démarche Agenda 21, il a été décidé de définir de nouvelles règles dans la desserte des marchandises en centre-ville afin de favoriser les véhicules moins émissifs. L'objectif était de réfléchir à un système de livraisons en centre-ville plus vertueux, avec un enjeu pour la santé mais aussi pour le confort visuel et la limitation du bruit en centre-ville.
Depuis 2014, il a été créé un espace de logistique urbain (ELU) afin de mutualiser les flux et de proposer des livraisons en centre-ville par véhicules électriques (vélos cargos et véhicules légers) et hybrides (poids lourds). L’objectif est de couvrir 10% à 15% des livraisons sur l’hypercentre. 
En 2020, les chiffres étaient les suivants :
- Nombre d’enlèvements / livraisons : 12 000 à 15 000 unités max /mois
-Bayonne hypercentre (1/3) : 4 000 à 5 000 unités / mois livrées environ
-Reste Agglomération et Bayonne hors hypercentre (2/3) : 8 000 à 10 000 unités / mois livrées
-Poids colis moyen : 30 à 50 Kg
-30% de mono colis (-de 30 Kg)
-30% de messagerie (100 Kg environ)
-30 % sur des trafics spécifiques types express
Il a d’abord été réalisée en 2012-2013 une étude sur les flux de marchandises en ville, avec utilisation du logiciel Freturb et étude qualitative, qui a permis de définir les implantations logistiques et les usages de livraisons/enlèvements sur le territoire. En 2014, l’ELU a ouvert, une plateforme de 700m2 à 2 kilomètres du centre-ville. Puis en 2017, l’activité a été transféré sur deux sites : 200 m² en centre-ville pour desservir le centre, et 700 m² sur une plate-forme dans le Centre Européen de fret pour desservir l’aire urbaine. 
En amont, le CDU est desservi par des véhicules de 20 m3, qui arrivent directement sur le bureau de ville avec des porteurs de 7,5 T. En aval, Les livraisons à partir du CDU se font ensuite en hyper centre avec des véhicules "propres" : vélos triporteurs électriques, 2 véhicules légers électriques (Kangoo et colibus), 2 poids lourds hybrides Mercedes pour les gros volumes.
Le CDU emploie 17 personnes en SCOP, dont 4 à 5 sur le bureau de ville. Le CDU compte 10 clients réguliers qui représentent 85% des volumes. Il s'agit de confrères (transporteurs DPD, DHL,… ).
 

Quels sont les usagers concernés par le projet ?

Transporteurs, commerçants

Quels sont les clefs de réussites et les leviers facilitateurs du projet ?

Le succès de cette opération a reposé sur :

•           Gisement fort de mouvements sur un espace géographie restreint (densité forte de livraisons)

•           Morphologie du centre-ville qui se prête peu aux flux intensifs de marchandises

•           Une forte volonté politique : Bayonne a été précurseur de la piétonisation et des modes doux (navette électrique gratuite sur l’hypercentre piéton et parkings relais) ;

•           Un accompagnement réglementaire : les triporteurs à assistance électrique peuvent livrer toute la journée, sans aucune contrainte ; Les “véhicules utilitaires propres” (électriques ou hybrides utilisés en mode électrique) de moins de 2 mètres de hauteur disposent d’une autorisation élargie de 6h à 11h30 puis de 14h30 à 17h30. Les véhicules thermiques ne sont autorisés dans la zone piétonne que jusqu’à 9h30.

La concertation en amont du projet est le vecteur d’acceptabilité du projet et des contraintes inhérentes.

Flexibilité pour faire évoluer le projet : déménagement au bout de deux ans pour adapter les locaux au service et adapter les coûts.

Le recours à un prestataire bien implanté localement, mais avec une filiale spécifique indépendante qui gérera le CDU afin de ne pas apparaître comme un concurrent aux confrères transporteurs.

Concertation délicate avec des objectifs antagonistes entre les différents acteurs qui a nécessité de nombreuses mesures d’accompagnement. Le commerçant souhaite des livraisons en fin de matinée, la collectivité souhaite des livraisons en dehors des heures de congestion (tôt le matin).

Coût du loyer élevé en plein centre-ville, problématique de la viabilité financière du projet sans les aides publiques.

Le transporteur choisit dans le cadre de l’AAP ne doit pas être perçu comme un concurrent par les autres transporteurs (peur de perte du client par la remise de marchandises à un confrère).

Pour les transporteurs travaillant dans le centre-ville, la ville s'est engagée à amplifier la rotation sur les places de livraisons avec la mise en place de disques pour les professionnels, elle a créé de nouvelles places de livraisons en limite du plateau piéton et acté un principe d'aides à l'achat de véhicules propres de livraisons.

La réglementation a également évolué afin de favoriser les véhicules peu émissifs avec des horaires de livraison élargis.

Le déménagement dans des locaux plus petits pour diminuer le coût du loyer et optimiser la surface exploitée a permis la viabilité financière du projet.

Il y a également eu en projet d’utiliser les sas des commerçants, entre la grille et leur devanture, ou alors la mise en place d’une consigne. Ces projets n’ont pas été retenus par les commerçants.

43.4934447, -1.4749737

CDU de Bayonne

Ville de Bayonne

En savoir plus